Recherche

Optique Structure !

 

S’engager sur la voie de l’Émancipation demande de la préparation. Parce que pour se détacher des normes sociales et des codes moraux, il faut relâcher le contrôle sur les émotions et sur les pulsions pour apprendre à les maîtriser. Et on ne peut pas se donner cette liberté sans une certaine structure mentale, c’est-à-dire sans la capacité de s’auto-réguler et de s’auto-corriger. Et c’est là que l’intégration de la dynamique spirituelle et de la méthode scientifique devient cruciale. Car pour progresser en toute sécurité, il faut trouver, à chaque étape, des appuis solides et des repères fiables. Le feedback physio-bio-logique est difficile à déchiffrer. Il dépend du contexte, et le contexte dépend du «processus de validation expérimentale», qu’on active et qu’on dirige soi-même, à travers un jeu de questions-réponses, sans s’en rendre compte.

 

Pour avancer à l’aveugle et « à tatons », il faut être auto-initié au contact et à proportion des désillusions. Dès qu’on est lancé, les règles ont déjà changé. On doit apprendre à naviguer à travers les influences, car on est propulsé par une dynamique extrêmement cohérente, qui a une grande force de gravité. Pour s’y retrouver, il faut relire le cours des événements à partir de sa grille d’enfant – les conditions de départ où fermente le sens « caché » à partir duquel le fil conducteur peut être reconstitué ; baliser le terrain en repérant les moments-clé, s’appuyer sur les dates et les cycles pour voir les boucles se boucler et être capable de suivre l’évolution en instantané. La clé, c’est de repérer l’information qui sort et qui revient, à travers image et son, via la focalisation de l’attention. Et de se forger des critères pertinents d’appréciation.

 

Ce qui est vrai et bon ne l’est qu’à un moment donné. La voie est balisée par la modification des sensations et l’activation de mécanismes biologiques « inédits », qui modifient les conditions jusqu’à l’émergence d’une nouvelle vision. Et la bascule se produit au stade de l’harmonisation, entre l’émission et la réception, le mouvement et les émotions. Alors, la conduite retrouve de la fluidité et on sent l’énergie circuler. L’espace n’est plus contenu par des limites matérielles strictes. Il est perçu et ressenti comme un flux dynamique organisé. Le passage de cap peut dérouter. Et il est suivi de l’intense besoin d’investiguer. Alors la recherche d’informations repose sur un processus fécond, guidé par l’expérimentation. Ci-après, quelques théories, pour rassurer les nouvelles perceptions et répondre aux questions soulevées par l’Émancipation.

 

 

Structure Mentale

 

Dynamique d’Investigation  *  Intégrée  *  À toutes les actions

 

 

 

Quelques théories-clé :

 

-Nassim Haramein : L’Univers Connecté. L’espace n’est pas vide. Il est « plein » d’information-énergie. À l’état d’équilibre, entre entropie et centropie, à travers la dynamique du spin. Tout émerge de et revient à un champ fondamental qui nous connecte tous. 
-Rupert Sheldrake : Une Nouvelle Science de la Vie : l’hypothèse de la causalité formative. Théorie des Champs Métamorphiques. Des patrons énergétiques expliquent la formation et la transmission d’apprentissages à distance, à travers la résonance morphique.
-Antonio Damasio : L’Autre Moi-même. Le soi conscient n’est ni une entité, ni une substance. C’est un ensemble dynamique de processus issus de l’évolution biologique, qui est lié à la régulation de la vie. Boucles psycho-corporelles (principes vital et mental)
-Miguel Nicolesis : Objectif Télépathie. Les pensées se transforment en actions corporelles, par la conversion de shémas d’ondes cérébrales cohérents en schémas moteur. Action à distance. Assimilation illimitée du milieu par « extension » du schéma corporel.
-Pellionisz/Llinas : La Théorie des Réseaux Tenseurs. Conversion de l’intension motrice en commande d’exécution, à travers le modèle de la transformation tensorielle. Apprentissage « par correction » des programmes existants, via feedback proprioceptif.
-Yves Agid : L’Homme Subconscient. Les comportements automatiques reflètent nos aptitudes intellectuelles et émotionnelles. Le pilote conscient doit prendre appui sur les acquis subconscients pour intégrer de nouvelles informations (re-paramétrage contrôlé)
-Joseph Ledoux : Le Cerveau des émotions. L’émotion est un «programme d’action». Activation des stratégies comportementales issues de l’évolution. Langage universel. Mécanique du conditionnement (lier des stimuli synchrones ou des stimuli-réponses)
-Robert Burton : On Being Certain. Sur la relation inconsistante et paradoxale entre ce que nous pensons et savons effectivement. Le sentiment de certitude est une «sensation mentale» plutôt qu’un fait, qui provient de zones primitives du cerveau (hors contrôle)
-Jacques Corrazé : Les Communications non-verbales. La communication verbale est toute récente dans l’évolution et marginale. L’encodage des stratégies comportementales est invariable. C’est le seul langage qui parle de la même façon à tous les êtres.
-Bruce Liption : La Biologie des Croyances. Mécanisme de traitement de l’information cellulaire. Les gènes ne contrôlent pas le fonctionnement biologique. Ils sont contrôlés par les signaux de l’environnement (y compris «l’énergie» véhiculée par les pensées) 
-Michael Gershon : The Second Brain. Un signal émis par le système nerveux central, en route vers un muscle, répond à la loi du « tout ou rien ». Un signal équivalent, modulé par le système nerveux autonome (viscères), permet une adaptation subtile instantanée.
-David Rumelhart : La Théorie de la relaxation. Modèle de résolution d’un problème, au sein d’un réseau de neurones confronté à un stimulus, basé sur l’élimination d’hypothèses, où la convergence vers un état stable constitue la solution (contraintes intégrées)
-Wolf Singer : « La Compassion Gagnante ». La compassion est un état cérébral très cohérent. Si la synchronie est la signature neuronale d’une solution, la compassion est l’estimation de cette cohérence, et signifie l’atteinte d’un état stable, propice à l’action.
-Matthieu Ricard/Wolf Singer : Cerveau et Méditation. Mécanismes attentionnels. La perception synchrone stimulus-réponse (feed-back) suppose un état focalisé de l’attention, qui ne peut se maintenir, sur la durée, que par l’activation d’un processus auto-initié.
-Herbert Benson/William Proctor : Le Principe de l’Étincelle. Déclencheur biologique qui sous-tend l’harmonisation. Seuil de stress critique et activation du « réflexe de relaxation », à travers la modification d’état. Mobilisation de ressources internes profondes.
-Christian Marendaz : Du Regard à l’émotion : la vision, le cerveau, l’affectif. Circuits neuronaux sous-tendant le regard réflexe et le regard éveillé. Stimulation externe et activation interne. Traitement intégral ou partiel de l’information (avec ou sans contact visuel).
-Peter Levine : Trauma and Memory, Brain and Body in the search of the Living Past. Mémoire explicite et mémoire implicite (rattachée ou non à la conscience) Libération des traumas, réponses défensives inachevées, par la renégociation des expériences.
-Stephen Porges : The Pocket guide of the Polyvagal theory. La sécurité est fondée sur des sensations viscérales internes qui déterminent la façon dont nous abordons l’environnement. Aussi la stratégie comportementale dépend-elle de l’état physiologique.
-Gerald Hüther : Biologie de la peur. La signification biologique de la réaction de stress c’est la nécessité de changer. Le pic de stress incontrôlable dissout les structures sur lesquelles reposent les rigidités et crée les conditions favorables à l’adaptation.
-Hans Selye : Le Stress de la Vie. Le terrain ou la cause de la maladie, ce n’est pas tant l’agent stresseur que le dérèglement de nos mécanismes d’adaptation. Inadaptation de la réponse défensive. Réaction disproportionnée. « Disposition » interne au conflit.
-Candace B.Pert : Molecules of emotions. L’information véhiculée par les neurotransmetteurs peut être modulée, sur la durée, par les neuropeptides. Ces bases moléculaires des émotions sont donc le fondement des niveaux d’expression potentiels de l’action.
-Franscesco Varela : L’Inscription Corporelle de l’Esprit. La réflexion appliquée à un objet ne peut pas être séparée du processus de rétro-contrôle de l’action. La réunion du corps et de esprit, par la vigilance, est un pré-requis pour sortir de la pensée-réflexe.
-Travis Christofferson : Tripping over the Truth…Le cancer est causé par un dysfonctionnement métabolique (déficit d’oxygène), marqué par la régression sur un mode de production « local » de l’énergie, la fermentation oxydative, qui répond à l’état d’urgence.
-Michael D. Gershon : The Second Brain. L’intestin est un centre moteur et de traitement de l’information indépendant. Il peut prendre ses propres décisions et, dans certaines conditions, il peut déclencher des réactions qui échappent au contrôle conscient.