C’est quoi le Flow ?

C’est pas la Voie Facile. C’est l’Art de la Transformation Créative du Challenge de la Vie.

 

L’expérience de situations répétitives, de schémas mentaux et comportementaux rigides reflète l’aveuglement et la désorientation de la volonté qui est sous l’emprise de la lutte, car une difficulté se dénoue spontanément quand on prend en compte tous les facteurs co-dépendants. Ça veut dire qu’un engagement fondé sur des désirs incontrôlés « doit » nécessairement rencontrer la résistance, parce qu’il repose sur une tendance à occulter qui viole sans cesse la réciprocité. C’est la raison pour laquelle toute stratégie superficielle, qui ne répond pas aux besoins essentiels et qui s’affranchit des conditions réelles, est une source d’angoisses et de complications perpétuelles.

 

Quand on remonte à la racine, on réalise que seule une vision inclusive peut obtenir un soutien durable et massif, tout simplement parce qu’elle est irrésistible. Et c’est par cette bascule subtile qu’on parvient, peu à peu, à désarmer la poigne tyrannique et à mobiliser l’influence charismatique. Pour restaurer l’accès à l’énergie illimitée, il faut donc s’appuyer sur la dynamique des relations pour désamorcer toutes les interférences non constructives. Car l’effet-miroir réverbéré par le feed-back biologique permet de s’harmoniser et d’accéder à l’état d’équilibre, où « l’action-éclair et nécessaire » rompt avec le rebond stérile et tranche les problèmes avec une sécurité instinctive.

 

Ainsi, on ne peut sortir des tribulations qu’en modifiant radicalement sa façon de réagir aux situations et en faisant de la déstabilisation un levier de transformation fondamental. Car si les « sauts quantiques » de la mécanique évolutive prennent appui sur les contraintes vitales, ça veut dire qu’il n’y a pas moyen de dépasser ses limites sans se confronter aux difficultés et sans relever les défis de la vie. L’élévation du seuil de tolérance est critique pour transiter du référentiel de la perfection statique à la dynamique de la transmutation cyclique : parce qu’il faut pouvoir supporter le seuil de l’opposition maximale, où le « pic de tension » crée l’ouverture du champ de la vision.

 

 

imageonline-co-whitebackgroundremoved (2)