Paré à S’engager

L’effort pour reprendre le contrôle et se déconditionner est largement rétribué. Quand les causes de l’anxiété ont été supprimées, l’agitation résorbée et l’harmonie stabilisée, l’action est « désobstruée » dans le flow de la vitalité

 

On sait aujourd’hui que l’apprentissage initial reste globalement subconscient et qu’il échappe vraisemblablement à la volonté. Tout est très tôt programmé et on se contente de déstocker ce qu’on a enregistré. Les jugements et les raisonnements ne sont pas libre-arbitrés ; ils s’imbriquent au comportement et sont modelés et conformés par les champs « attracteurs » de l’environnement. Le développement auto-motivé, au sein duquel le corps et l’esprit sont synchronisés, est perturbé par la négativité qui ressort des milieux fortement sensibilisés. Là où l’anxiété chronique et la tendance à se braquer conduisent à l’immobilité, les conditions de la dépendance sont placées : adulte, on est ainsi freiné par les influences qu’on a subrepticement intégrées. Alors, est-ce possible de s’émanciper ? Oui, si on accepte ses fragilités et qu’on choisit d’évoluer. Comment retrouver son pouvoir et « remonter » ? en prenant appui sur le critère « tonique » pour distinguer ce qui soutient la vie – et en étant vigilant, motivé, et discipliné sur la durée. Quels sont les pré-requis ? en avoir assez de souffrir et de stagner, de passer en force et de se ramasser, de vivre dans l’abattement et la conflictualité. Frustrer la satisfaction immédiate crée une tension qui rompt la boucle de l’auto-conservation ; et prendre systématiquement le contrepied de la facilité permet de décoller : l’amplification d’infimes variations d’énergie engendre un « switch » neurophysiologique et un métabolisme sain est restauré. Quand est-on prêt à s’engager ? fixer son attention avec patience, persévérance, et désamorcer ses réflexes de défense – est la clé pour – « redémarrer » et relancer sa force motrice innée